Accueil

 
  Bienvenue sur le site de la Fraternité Saint-Pierre dans le diocèse de Belfort-Montbéliard !
 
 

 


 
Le bulletin de Mai est en ligne - le site était en maintenance jusqu'à présent, Merci de votre patience!
 

  
 
 
Mai 2016
 

Les portes du jardin

Rose mystique, Notre-Dame, le mois du printemps vous est consacré parce que vous êtes la plus belle fleur du jardin de Dieu. Sous votre regard et votre sourire, la miséricorde peut aussi faire éclore en nous les fleurs les plus étonnantes. La miséricorde… Nous la célébrons cette année, mais en même temps nous voyons tant

d’obscurités ! Depuis si longtemps votre Fils est venu, et le monde a si peu changé. De combien il s’en faut que le flot jailli de la croix ait transformé le monde du péché en jardin de la grâce ! La miséricorde est-elle efficace ?

Etoile du matin, vous êtes la preuve que OUI. La réussite de la miséricorde, c’est votre beauté préservée de toute atteinte. Puisque vous existez, puisque vous êtes immaculée, la tête du serpent est écrasée, même s’il bouge encore ! En vous la rédemption a réussi : elle peut réussir en nous !

Mère de la divine grâce, nous vous offrons en ce mois notre prière du chapelet avec plus d’assiduité : pour toute l’Eglise, pour le Pape, les évêques, les prêtres, pour les âmes de la paroisse, et pour tous ceux qui sont autour et qui sont appelés aussi à vivre de la grâce, même s’ils ne savent pas.

Voici le mois de mai, le beau mois de Marie :

C’est le temps des oiseaux et des fleurissements.

Dans la saison des âmes, ô ma Mère bénie,

C’est vous qui présidez aux renouvellements.

Comme le mois de mai tout chargé d’espérance

C’est dans votre lumière que notre vie grandit.

Je vous salue, Marie, Mère de la confiance,

Toute comblée de grâce, car vous avez dit Oui !

Vous êtes la victoire de la grâce divine,

La Femme que chantait la Bible en son Cantique :

« Qui est donc celle-ci montant comme l’aurore

Belle comme la lune en ses reflets d’argent

Revêtue du soleil et couronnée d’étoiles

Redoutable beauté en ordre de bataille ? » (Ct 6, 10)

Nous nous confions à vous pour que la même grâce

Revête aussi nos coeurs d’un habit de beauté.

Votre manteau, Marie, s’ouvre tout largement

Pour garder dans ses plis chacun de vos enfants.

Mère de tous les hommes, vous portez vers Jésus

Même ceux qui l’ignorent, qui ne l’ont jamais su.

Mère de ses disciples, vous regardez surtout

Ceux qu’il vous a confiés : « Femme, voici ton fils ».

Et parmi eux encore vous avez pour chéris

Ceux qui sont des mendiants, des pauvres et des petits.

Je m’en remets à vous, Mère de Jésus-Christ :

Par vous me sont ouvertes les portes du Jardin.

Refuge des pécheurs, prenez-moi par la main

Car vous saurez guider mon coeur comme un petit.

Abbé Augustin Cayla